10 bons conseils

Pour bien choisir son dentiste

Contribution du Docteur Michel Grimaldi - Novembre 2014

1 - Le Premier contact

On peut se dire tout d’abord que le vieux dicton qui se ressemble s’assemble peut conforter votre première impression. En effet, le premier contact, qu’il soit direct ou téléphonique, c’est l’assistante ou

la secrétaire. Sa manière de vous accueillir, sa propension à satisfaire votre demande, sa politesse, son calme, reflète les modes de fonctionnement du cabinet mis en place par le praticien. Un dentiste est proche de son personnel, il ne peut pas collaborer avec une personne qui ne partage pas sa façon d’être, sinon il serait en conflit permanent. Donc l’accueil de l’assistante est un premier signe : cela reste un signe, mais on ne peut pas s’arrêter là...

 

2 - La prise de RDV pour une consultation

- Obtenir un RDV immédiat peut sembler suspect : le dentiste débute ou n’a plus de patient, sauf si vous bénéficiez d’un RDV annulé, ce que l’assistante ne manquera pas de vous faire remarquer, pour vous faire apprécier votre chance.

 

- Obtenir un RDV à deux mois ou plus : le praticien est surbooké et aura du mal à bien s’occuper de vous sauf si vous acceptez un gros chantier.

 

- Entre les deux (environ trois ou quatre semaines) passez à l’étape suivante.

 

- Si vous demandez un RDV en urgence parce que vous souffrez — et que vous ne vous présentez pas

à midi, à 19 h ou un samedi à 11 h 30, ce qui est incorrect), alors il devrait vous trouver une place dans

la journée, au pire le lendemain matin. Dans le cas contraire, mieux vaut changer d’adresse.

 

3 - Étape suivante : la salle d’attente

Arriver quinze à vingt minutes à l’avance pour pouvoir examiner ce lieu tranquillement, il reflète aussi la personnalité du ou des docteurs. Cette salle doit être propre , sol nettoyé, les plinthes sont nettoyées tous les jours, le dessus des cadres, c’est révélateur du reste (personnel compris).

Les journaux sont récents, et en bon état, si présence de livres d’art, on peut s’attendre à un dentiste avec des qualités artistiques, ce qui peut être un avantage surtout si l’on doit faire des prothèses et a fortiori de l’esthétique pour son sourire.

 

4 - La ponctualité est la politesse des Rois

On peut s’y fier si vous êtes le premier patient de la matinée ou de l’après-midi, si le praticien arrive en retard ce n’est pas bon signe, surtout s’il ne s’excuse pas. En revanche si son retard s’accumule dans

la journée et que vous en faites les frais, c’est fort désagréable, certes, mais cela peut signifier que ce praticien finit toujours ce qu’il a commencé même s’il déborde sur l’horaire — il agira de même pour vous si votre cas est plus compliqué que prévu, il ne vous laissera pas tomber en cours de soins sous prétexte que l’heure c’est l’heure —, ou qu’il a accepté une urgence qui l’a retardé, là aussi si un jour vous arrivez en urgence, vous allez sûrement bousculer son planning même si dans les cabinets actuels on prévoit une plage horaire pour ce type de situation. Donc la ponctualité est un plus dans certains cas, mais pas toujours, et en cas de retard une petite information aimable et discrète de l’assistante est bienvenue.

 

5 - On vient vous chercher dans la salle d’attente...

Pour vous installer sur le fauteuil, on a dû vous faire remplir un questionnaire médical sur votre état de santé, vos habitudes alimentaires et d’hygiène buccale, sur le motif de votre visite : de votre côté vous observez, le nettoyage du fauteuil, de la salle de soins, l’état des gants jetables et des masques, du praticien et de l’assistante, du plateau technique, des blouses du personnel. Tout doit être clean.

La séance doit commencer par l’écoute de votre demande, de l’examen rapide qui s’impose et de l’explication avec des mots simples de comment l’on va répondre  à votre demande. Il est alors important qu’en fin de séance le praticien ait répondu à la demande, soit par des soins immédiats, soit par un traitement adapté, soit par une redirection vers un spécialiste, soit par une information suivie d’un devis de réhabilitation si, et seulement si, c’est le but premier de la consultation. Après avoir résolu le problème — motif de la visite —, immédiatement ou à la visite suivante, il DOIT vous faire un état des lieux et vous donner les conseils qui s’imposent, vous faire part des besoins de votre bouche, soit en entretien soit en réhabilitation par des prothèses.

 

Il s’en suivra un devis informatif qu’il signera, vous devez le signer aussi pour confirmer que vous l’avez bien compris et reçu. Vous pourrez le soumettre à votre mutuelle pour établir un devis de remboursement. En aucun cas la mutuelle n’est habilitée à faire un commentaire sur la proposition

du praticien.

 

Si vous souhaitez un autre avis, vous devez consulter un autre praticien qui se doit de répondre à votre question sans critiquer le travail du confrère, mais en exprimant son avis, même différent.

 

6 - La douleur

De nos jours, les soins peuvent être réalisés sans douleur. Il ne s’agit pas toujours de douleur, mais de désagrément, ne pas confondre douleur avec peur ou angoisse. Dans tous les cas, vous devez exprimer votre peur et le praticien va vous rassurer ( dans le cas contraire, cherchez un praticien plus à l’écoute). Si vous signalez une réelle douleur, les anesthésiques sont là pour y remédier. Dans tous les cas, il doit s’opérer une mise en confiance entre vous et le praticien.

 

7 - La compétence

Le praticien doit prendre le temps d’expliquer, à l’aide de dessins, de modèles en plâtre, ou même de photos de ses propres cas qu’il a déjà traités, pour vous donner une idée de ses compétences. Il reste aussi la bonne méthode du bouche-à-oreille, ou du questionnement des patients qui attendent avec vous en salle d’attente.

 

On préférera aussi les cabinets de groupe, ce qui est rassurant en cas de problème, il peut faire appel aux conseils d’un confrère si besoin, et le fait d’être plusieurs facilite la prise de RDV en cas d’absence

de votre praticien.

 

8 - Le prix

Pour les soins : les tarifs sont encadrés par la SS donc il est le même dans tous les cabinets. Pour les prothèses : le prix n’est absolument pas significatif. Je ne connais aucun praticien qui donne de sa poche pour être compétitif. s’il vend moins cher, c’est qu’il achète moins cher, je vous laisse deviner la suite...

 

Si les matériaux sont de bonne qualité, si le prothésiste est compétent, habile, artiste, et fiable, si les prothèses sont réalisées en France aux normes françaises, cela à un coût. Ce qui compte, c’est la durabilité, la garantie que vous propose le praticien, la beauté de son travail, et l’ajustage parfait qu’il peut vous démontrer. No comment sur le low-cost.

 

9 - Les soins à l’étranger ?

Avec une main d’œuvre à bas coût, l’absence de normes et de contrainte qualité, l’absence de garanties, faire pas cher est facile, chacun est libre, et doit le rester, de jouer avec sa santé, si c’est son choix.

 

10 - En conclusion

Comme dans toutes les professions, il y a des bons et des moins bons, à vous de les détecter et à le faire savoir, on a , à ce jour en France, une des meilleures dentisteries du monde, avec un coût élevé pour

les prothèses, car le système de santé à la française garantit les soins les moins chers des pays occidentaux, souvent à perte, ce qui implique une prothèse chère qui équilibre les comptes d’exploitation des entreprises que sont les cabinets dentaires.

• IStock © ®

• M. Grimaldi

Droits de reproduction et de diffusion réservés © 10bonsconseils.com ®  Les éléments iconographiques appartiennent à leurs propriétaires respectifs et ne peuvent être reproduits de quelconques manières sans leur accord formel.

Reproduction rights reserved © 10bonsconseils.com ® The iconographic elements are property of their respective owners and may not be reproduced in any way without formal agreement. © 2017 -VF 3.2